Buja sans Tabou, une inauguration à l’honneur de la femme

actrices de la troupe Lampyre jouant «Les monologues du vagin»

 

Actrices de la troupe Lampyre jouant «Les monologues du vagin»

« Nous sommes dans l’urgence de ne pas sombrer, de ne pas renoncer, de rester debout afin que la vie soit plus forte que tout,…», sont les mots qu’a martelé Freddy Sabimbona, directeur du Festival Buja sans Tabou. C’était lors du cocktail d’inauguration de sa deuxième édition, ce 9 mars à l’Institut Français du Burundi(IFB).

Fidèle à son nom, la deuxième édition de ce Festival du théâtre a célébré la femme. Dans une ambiance détendue et festive, les actrices de la troupe Lampyre ont joué avec désinvolture «Les monologues du vagin», une interprétation basée sur des interviews de plus de deux cent femmes dans le monde.

De la morphologie à la conception des cultures de cette partie du corps, tout a été dit. «Ce n’est qu’un mot pour designer une partie du corps comme main ou coude,…», pouvait-on entendre dans cette pièce. Et les actrices d’ajouter «partout dans le monde les vagins subissent de mauvais traitements,… cent millions de femmes ont subi des mutilations génitales…, alors je dis vagin pour que toutes ces horreurs cessent,.., jamais elles ne cesseront tant qu’on n’admettra pas qu’elles existent»

Visitez le lien