Buja Sans Tabou 2018 : Malgré la pluie, le festival réussit son lancement

ouverture

Freddy Sabimbona et les acteurs de la pièce “Les Sans” saluant le public

Le jeudi 12 avril 2018, le bar Chez Gérard, près de la cathédrale Regina Mundi ,  accueillait le lancement de la 3ème édition du festival Buja Sans Tabou. Une 3ème édition qui se veut plus ouverte au public,plus proche de celui-ci, d’où le choix de ce lieu bien connu des habitants de la capitale burundaise. Et malgré la pluie, le public a répondu présent pour cette ouverture on ne peut plus originale.

La 3ème édition du festival Buja Sans Tabou a bel et bien réussi son lancement et ce au grand dame de la pluie qui a bien failli gâcher la fête. En effet, malgré des conditions climatiques peu favorables, ce n’est pas moins de 350 personnes qui ont répondu à l’invitation de Freddy Sabimbona et des ses compères et se sont tous retrouvés au bar Chez Gérard pour une expérience théâtrale unique, dans un décor inhabituel pour les amateurs de théâtre au Burundi et sous une ambiance mêlant chaleur de bar et calme d’une salle de théâtre.

2 pièces étaient à l’affiche ce jeudi soir; «Umugore n’Umugabo» de Laura Sheilla Inangoma, qui s’inspire de la célèbre pièce «Les monologues du vagin» et aborde la thématique du tabou autour du corps de la femme et qui avait déjà connu un franc succès lors de sa première représentation en mars dernier, a encore une fois était plébiscité par le public. Quant à la pièce «Les Sans» de Ali K. Ouédraogo, qui est un échange entre 2 amis de longue date sur le bien fondé – ou non – de la démocratie et des indépendances en Afrique, a reçu une «Standing ovation» de la part du public. Les programmateurs n’auraient pas pu faire meilleur choix que ces 2 pièces pour démarrer ce festival tant les sujets reflétaient bien la philosophie du festival qui est de lever les tabous dans la société burundaise.

Le public attentif devant la pièce

L’expérience de proximité semble marcher pour cette 3ème édition de Buja Sans Tabou. Non seulement le public a répondu présent mais l’on pouvait lire dans leurs yeux le plaisir de vivre une expérience unique. «C’est une très bonne chose de vulgariser le théâtre de cette manière»,nous disait un spectateur qui suivait les pièce depuis la table de billard du bar. Une preuve que le théâtre n’est pas que l’apanage d’une certaine bourgeoisie et qu’il peut être accessible à tous et certainement partout.

Le lancement de cette 3ème édition aura donc été un succès que l’on ne peut que souhaiter pour la suite.

Notons que le festival se tient jusqu’au 15 avril et se tiendra également à Gitega