Vers une renaissance du théâtre au Burundi?

kay FILEminimizerLe vendredi 9 mars se tenait à l’Institut Français du Burundi la représentation de la pièce «Umugore n’Umugabo». Une pièce originale écrite par Laura Sheila Inangoma et mise en scène par Freddy Sabimbona qui a connu un véritable succès auprès du public au point d’être jouée à guichet fermé. Un fait rare dans le monde du théâtre au Burundi. Devant un tel engouement, surtout d’un public jeune, on se doit de se poser la question de savoir si nous assistons à une renaissance du théâtre.

Le théâtre semble séduire de nouveau le public burundais, le succès de la pièce «Umugore n’Umugabo» en est un parfait exemple. De nombreuses personnes et surtout les jeunes sont de plus en plus attirés par les représentations et cela n’est que pour plaire aux acteurs, auteurs et metteurs en scène qui ont bien longtemps souffert d’un certain manque d’intérêt du public pour le théâtre. Une jeunesse qui semble trouver dans le théâtre burundais de nos jours une quantité de thématiques qui leur parlent et suscitent donc son intérêt.

Un autre exemple marquant de l’attirance du public pour le théâtre et la belle campagne qui se fait autour de la pièce «L’œil du cyclone» de la troupe «Les enfoirés de SANOLADANTE» qui sera présentée ce week-end à l’IFB ,une campagne faite essentiellement par des jeunes qui affichent une impatience de voir cette nouvelle pièce.

Pour Freddy Sabimbona, acteur, auteur, metteur en scène, et directeur artistique du Festival Buja Sans Tabou; plus qu’une renaissance, c’est une continuité. «je n’appellerai pas ça une renaissance, mais le résultat d’un travail que l’on a commencé en 2014 suite à la première édition du festival Buja sans tabou où il y avait beaucoup de formations sur le jeu d’acteur, la mise en scène, l’écriture. 4 ans après on voit le résultat. Il y a beaucoup plus de compagnies, de jeunes auteurs, de jeunes comédiens , de jeunes metteurs en scène qui veulent travailler, qui veulent proposer des choses. C’est vraiment positif. C’est une renaissance, une continuité et c’est aussi une création théâtrale du Burundi.»

Il faut dire que la multiplicité des compagnies théâtrales et des pièces de théâtre aura permis une ouverture à un spectre plus large en termes de thématiques et de sensibilité qui laisse au public une large gamme de choix. Un fait qui serait également à l’origine de ce nouvel engouement pour le théâtre au Burundi comme nous l’explique encore Freddy Sabimbona. «Plus il y a d’acteurs, plus il y a de metteurs en scène, plus le public sera beaucoup plus intéressé à venir voir des pièces, à venir voir des sensibilités différentes et des spectacles différents.»

Une fierté pour l’acteur et metteur en scène qu’il est et qui espère que la prochaine édition du festival «Buja Sans Tabou» permettra d’attirer un public encore plus large. «Je suis très fier et très content de voir ce résultat et j’espère que cette 3ème édition qui vient sera encore plus prometteuse et qu’il y aura encore beaucoup plus de gens qui viendront assister à beaucoup plus de pièces de théâtre.» dit-il.

Une 3ème édition qui se tiendra du 12 au 15 avril à Bujumbura et à Gitega.