Du ‘’Délestage’’ à la 3ème édition du festival ‘’Buja Sans Tabou’’

DavidMinorIlungaDavid-Minor Ilunga fait vibrer et bouger tout son corps en jouant la pièce ‘’Délestage’’

La pièce est un solo à personnages multiples. Tout y est : la logique policière, tournée en dérision, l’humour du faible qui se moque du fort, David contre Goliath qui aurait un faible…pour le ballon rond.

Au lendemain des attentats survenus en Europe, un jeune congolais, en situation irrégulière à Bruxelles, est arrêté lors d’un contrôle. Suspect, il est interrogé par deux policiers. Plus tard, il raconte sa mésaventure à son avocate…

David-Minor Ilunga est ce jeune homme qui se souvient et raconte sa vie à Kinshasa, son quotidien, l’article 15 de la survie au jour le jour (« débrouillez-vous »), les toilettes sans porte dans la cour commune ; les « délestages » (les suppressions momentanées !) de l’eau, de l’électricité, des salaires, des soins ; les taxis où l’on « se sardine » pour entrer… Autant de tranches de survie livrées dans la gouaille des mots et des langues de la rue, autant de vérités sous la farce, mais aussi autant d’amertumes bien trempées…

L’acteur fait vibrer et bouger tout son corps. Il ne récite pas son texte, il le vit comme un clown raconterait une bonne blague …triste comme les toutes bonnes blagues !

« Ce que je raconte, dit David-Minor Ilunga, ce sont des “kinoiseries“, un mélange d’observations et de blagues; les questions que je me pose sont celles de mes compatriotes qui découvrent l’Europe. » Son personnage est confronté, à l’instar d’autres clandestins, à la police et à la justice des Blancs, en cette période où la peur gagne la société européenne.

Une avocate pour défendre le congolais

Devant une avocate du centre de rétention, et en passe d’être expulsé,  il entreprend le récit de son arrestation, de l’interrogatoire dur et mené par deux flics l’étiquetant de terroriste jusqu’au match de foot endiablé qu’il a joué avec ses geôliers… C’est la défaite de la Belgique qui change cette humeur conciliante.

« C’est une maladie chez vous. Improviser ? Vous n’avez jamais de plan ? » lui reproche l’avocate. « Comment ça pas de plan ? Rétorque le jeune congolais. On a toujours un plan, madame. Seulement, ce n’est pas des plans de cinquante ans, comme vous autres. Ça se résume à l’instant: survie, survie et survie. C’est comme ça, quand on vit dans une société de délestage, madame. (…) » Ça veut dire que tout est discontinu. Sans aucune garantie. (…) Aujourd’hui, ce sont les enfants qui mangent, demain ce sont les parents ; cette année, les garçons vont à l’école, l’année prochaine,  ce sera le tour des filles (…).’Délestage’’, c’est aussi la recherche de solutions

‘’Délestage’’, produit et créé au  Théâtre de Poche à Bruxelles, a été présélectionnée lors du Prix Théâtre RFI théâtre 2017, a été jouée au Théâtre de Poche de Bruxelles fin 2017 et a été présentée au Tarmac à Paris mi-mars 2018 dans une mise en scène de Roland Mahauden. Comédien, auteur, David-Minor Ilunga est un congolais de trente ans qui préfère le rire aux larmes, le rire aux armes. Un « humoriste » qui joue, plaisante, se moque… et raconte des histoires dont il préfère sourire et faire rire.